Accéder au contenu principal

Au Finistère, 3 îles objectif 100 % renouvelable

phare-île-Glenan-Ponant-Molene-Ouessant


Sein, Molène et Ouessant ont pour objectif de remplacer le fioul qui leur permet de produire de l’électricité par 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2030. Elles sont accompagnées par EDF SEI.


Trois îles pour 1 000 habitants au  total.  Trois îles isolées du réseau  électrique   du    continent,   mais alimentées par des petits groupes électrogènes au fioul dont EDF SEI a la responsabilité.
Des îles marquées par le changement climatique, dont les habitants ont bien conscience notamment avec la  montée  des  océans.  Le point  culminant  de  l’île  de  Sein  est  à  9 mètres au-dessus du niveau de la mer et ce petit bout de terre de près d’1 kmpourrait bien disparaître dans cent ans si rien ne change. Alors les bretons ont envie d’agir, et vite parce que ça chauffe. On s’affranchit du 100 % fioul, on rénove les habitations, on mène une campagne de LED, on régule les jets d’eaux …

«En avril recouvre-toi d’un fil » 


Il sera mis en service progressivement sur l’île de Sein, une centrale photovoltaïque de 75 kWc, un bâtiment en autoconsommation équipé de panneaux solaires et de micro éolien.

Vue les conditions environnementales à certains moments, il y aura plus de production renouvelable que de consommation.  La  clé sera le stockage par batterie pour récupérer le surplus et permettre de garantir la continuité d’alimentation pour les habitants. 

Au total EDF SEI investira environ 2 millions d’euros d’ici à 2020 sur les systèmes de stockage et les contrôles commandes innovants associés pour ces trois îles finistériennes
C’est grâce à ce type de stockage qu’on atteindra au moins 50 % d’ENR d’ici à 2023.
Pour le 100 %, il va falloir inventer de nouvelles technologies pour passer d’un stockage de quelques heures à quelques mois. L’objectif est d’y parvenir au plus tard en 2030.

Faire voyager l'innovation


Les solutions techniques déployées pour l’insertion d’un maximum d’ENR et le fonctionnement des micro-réseaux de ces trois îles bretonnes pourraient aussi être appliquées, par la suite, dans d’autres îles ou zones isolées







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Baliste, présent dans le bassin d’Arcachon, serait-il un marqueur du changement climatique ?

Le Baliste, présent dans le bassin d’Arcachon, serait-il un marqueur du changement climatique ?

(Auteurs : Jean Michel Limiñana, Dominique Jahanpour)



Biologie/ Habitat
Le baliste est un poisson des mers chaudes,  entre 20 et 25°C, il est très présent sur les côtes ouest africaines.


            On l’appelle communément cochon de mer ou arbalétrier. C’est un poisson osseux de l’ordre des Tétraodontiformes (qui regroupe 360 espèces regroupées en 10 familles, la diversité biologique de ce groupe est maximale dans la zone intertropicale), de la famille des balistidae, genre balistes (Linné 1758)
Son corps  est aplati, en forme de losange. Son nom, qui est celui d’une machine de guerre romaine, vient de son aiguillon dorsal qui se dresse en cas de danger. Son corps est comprimé latéralement, sa peau couverte d’écailles rugueuses est gris-verdâtre à brun jaunâtre, ornée de lignes et de méandres bleutés. Ses nageoires sont bleutées. La première dorsale très courte, possède un premier rayon constit…

Recycleries, Ressourceries : Quezako ?

Les Recycleries ou les Ressourceries sont des établissements (associations ou entreprises) qui ont pour mission principale le réemploi ou la réutilisation de certains matériaux considérés comme des déchets. 

Quelles différences ?  Les Recycleries ou les Ressourceries pratiquent la même activité. La différence entre les deux appellations s'explique dans le fait d'adhérer ou pas à un réseau (Ressourcerie est une marque déposée) et de répondre aux différents critères de la charte mise en place par ce réseau.


La Ressourcerie, Préoccupations Environnementales, Sociales et Économiques
Elle collecte et valorise des déchets encombrants pour revendre des objets de réemploi et réutilisation à prix modiques.

Elle fait de la sensibilisation à la réduction des déchets et aux gestes éco-citoyens (choix de consommation, entretien des objets, produits de seconde vie, tri, etc.).

La Ressourcerie aime parler du concept des 3R (Réduire, Réutiliser et Recycler les déchets) et de ses valeurs qui …

L'énergie marémotrice: une énergie en développement

La Corée du Sud prévoit la construction de sa deuxième usine marémotrice qui devrait voir le jour fin 2017 dans la baie d'Incheon. Il s'agira de la plus puissante usine du monde, avec 44 turbines de 30 MW chacune, soit un nouveau record de puissance installée à 1 320 MWh. Une entreprise britannique a également dévoilé un projet de centrale marémotrice géante au Pays de Galles, d’une puissance dix fois supérieure à la célèbre usine marémotrice bretonne de la Rance. Actuellement, il y a cinq usines marémotrices à travers le monde dont la plus puissante est située en Corée du Sud. Sa capacité est de 254MWh. L'usine de la Rance en Bretagne qui est la deuxième en terme de puissance, a une capacité de 250MWh, qui est équivalente à la consommation d'une ville comme Rennes (250 000 habitants). Elle fut pendant une demi-siècle la plus puissante au monde. Les trois autres se situent au Canada, en Russie et en Chine.
L'objectif de porter la part d'utilisati…